Français
English
Suivez-nous sur Facebook

Le Parcours de ville

13 panneaux en lave émaillée ponctuent votre découverte de la ville de Saint-Renan et vous font revivre les moments forts de son histoire, de la légende de Saint-Ronan au souvenir de la sénéchaussée.

Parcours de ville

 
Ronan le Saint-Fondateur
Vers les XIe et XIIe siècles, la ville de Saint-Renan (Lokournan en breton) se développe au pied de son château, Castel Helbig (attesté en 1179). Elle doit son nom à Ronan, un ermite Irlandais, arrivé en Bretagne vers la fin du XIe siècle (si l’on en croit les spécialistes aujourd’hui).
Place du Vieux Marché
Cette maison à pans de bois n’était sans doute pas seule, au XVe siècle. A noter son toit très particulier dit « à casquette » et sa frise de grotesques sous le premier encorbellement. Nous ne pouvons qu’être attirés par l’architecture de la maison voisine, par l’utilisation de la pierre jaune de Logonna dans une région où le granit est roi, et par les sujets des sculptures des lucarnes.
Au temps du sénéchal
En 1276, criblé de dettes, Hervé IV, vicomte de Léon, est contraint de vendre ses dernières possessions, dont Saint-Renan, au duc de Bretagne. Hervé est réduit au dénuement et le duc, magnanime, lui offre un cheval pour qu’il puisse participer à la croisade.
La grande cohue
Nous ne connaissons pas la date de construction des premières halles. Au cours des siècles, il y en aura encore trois autres construites. Depuis 1992, la place est pavée et sobre, mettant en valeur les vieilles maisons qui l’entourent.
Saint-Renan capitale de la justice ducale
Saint-Renan devient Sénéchaussée en 1340. La feuillée ou auditoire est le siège de l’administration ducale qui s’étend sur une quarantaine de paroisses. L’affaire est dans le sac : l’expression nous vient de cette époque. Le procès terminé, les pièces de la procédure étaient rangées dans un sac.
Notre-Dame-de-Liesse
La chapelle Notre-Dame dépendait de « Castel Helbig ». Elle était la chapelle des ducs de Bretagne lorsque la cour de justice résidait en ville. Devenue plus tard Notre-Dame-de-Liesse, elle sera définitivement église paroissiale en 1792. Ce puits, actuellement rue Casse la Foi, face a l’église, était à l’origine place de la Feuillée.
Un petit clin d’œil à ces curieux noms de rues
Soyez rassurés, vous n’y perdrez pas votre âme… Le terme « Casse la foi » est une francisation erronée du Breton « Torefheiz » que l’on aurait dû traduire par « Versant de la foi ».
Quand les seigneurs étaient maîtres de la Halle aux blés
Dans la halle aux Bleds se trouvaient des mesures à grains. Le boisseau de Saint-Renan n’avait pas la même contenance que celui de Brest, comme celui de Saint-Mathieu et de Lannilis qui étaient encore différents. La complexité de ces mesures entraînait beaucoup d’abus.
Les échos du grand lavoir
Ce lavoir n’était pas le seul à Saint-Renan mais le plus grand. On peut encore voir celui de la place aux chevaux et le lavoir Saint-Ronan, rue du Pont de Bois. Ont disparu aussi tous ceux installés sur les rives de l’aber Ildut quand celui-ci passait tout près de la ville.
La gare de Saint-Renan
a poste a été construite sur l’emplacement de la gare. Les voies se situaient sur l’actuelle rue du Pont de Bois et, parallèle à celles-ci, coulait la rivière Aber-Ildut.
Foire et marchés
Quand en 1681, le roi Louis XIV transfère à Brest la cour de justice et les droits de foires et marchés, ces deux derniers seront maintenus illégalement pendant huit ans, soutenus par le seigneur du Curru. Ils seront rétablis par lettre patente en 1689.
Pen ar Ru
En 1869, sont bénis par l’évêque de Quimper et Léon l’hospice et la chapelle Saint-Yves. Cette place doit son nom à la famille Penanru, propriétaire du manoir proche du lieu.
La Comiren
Le lac de « Ty Colo » doit son existence à l’exploitation d’étain qui, de 1960 à 1975, anima la cité et donna à la ville le titre flatteur de « Capitale européenne de l’étain ».


Pays de légendesC’est en voyant sur une auge de pierre que Ronan, un ermite Irlandais accosta sur les rivages d’Armorique ver l’an 500 pour fonder « saint-renan des marais ». Quelques années plus tard, il reprit la route pour édifier Locronan, autre cité médiévale, dans le sud du Finistère.
Sénéchaussée royaleAncienne sénéchaussée ducale et royale, Saint-Renan, dernière petite cité médiévale du bout du monde, a su garder du passé ses légendes et très belles maisons anciennes. Très dynamique au temps des Seigneurs du Léon (XIe et XIIIe siècles), Saint-Renan avait construit de nombreuses halles abritant foires et marchés.Devenue royale en 1532 lors du rattachement du duché de Bretagne au royaume de France, la cour de justice Renanaise est transférée a Brest en 1681 par Louis XIV.C’est le début de l’émergence de Brest mais Saint-Renan a conservé son extraordinaire marché…

Capitale européenne de l’étainEn 1957, les marais de Saint-Renan révèlent un important gisement de minerai d’étain, exploité par la Compagnie minière de Saint-Renan. Après quinze années d’exploitation, le gisement s’est épuisé. Il en reste aujourd’hui sept lacs et des zones de loisirs.
Photos et Vidéos
Téléchargez nos brochures
Nous contacter
WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann